Jeûne et spiritualité

Je ne conçois pas de faire un jeûne en silence sans une retraite spirituelle, de même je n’imagine pas une retraite spirituelle sans jeûner. Le corps libéré de son travail de digestion et de métabolisation, entreprend un grand ménage. Comme il a besoin d’énergie, il va chercher dans tous les recoins tout ce qui est inerte (les mauvaises graisses, les dépôts d’arthrose, …) pour le transformer en sucre et alimenter ainsi le cerveau en carburant. Le rythme ordinaire se transforme. Les journées sont plus longues puisque libérées du temps des repas. Les nuits sont plus courtes puisque le corps n’a pas besoin de se reposer du travail de digestion. Le brouhaha fait place au silence. Les téléphones sont coupés, les écrans inexistants.

Alors que faire de tout ce temps disponible ? Bien sûr, il est bon d’entretenir la mobilité du corps pour garder sa masse musculaire et pour favoriser le grand ménage : marche, gym douce, relaxation. Chacun a son rythme, bien sûr ! Le piège serait de se jeter sur le travail en retard, pensant ainsi rattraper un temps déjà perdu ou bien de dévorer la pile de livres qui se languissait sur la table de nuit depuis plusieurs mois. Tu peux essayer, mais cela ne marche pas. Très vite, le corps appelle à autre chose. Trop content de ces grandes vacances, il permet qu’un voyage se produise à l’intérieur de soi. C’est une aventure ! Aller à la rencontre de soi est toujours une aventure si on accepte de se laisser bousculer. Alors rien de tel qu’un enseignement spirituel pour guider ce voyage. L’être humain a besoin de nourrir son âme. Le silence, la méditation, la prière, les textes sacrés viennent comme des sources d’eau vive abreuver la soif de notre âme.

Comme dans toute aventure, il y a des traversées difficiles avec des douleurs (physiques, mentales, psychiques, spirituelles) puis la récompense survient alors que l’on ne l’attendait plus. Un matin, ou lors d’une marche, ou pendant une nuit blanche comme la lune, la lumière se fait présente, et c’est tout un soleil qui pénètre le corps, l’âme, l’esprit. Comme une rivière de miel, la paix se déverse en soi : enveloppement, douceur, confiance, sérénité viennent s’installer et prendre place. S’ensuit une communion avec le tout et une gratitude infinie pour la grâce reçue et les compréhensions.

On repart plus léger d’une telle retraite et en même temps notre quête d’amour universel, de liberté, de communion avec le divin s’est nourri pleinement. On en revient riche et près à partager cette richesse avec d’autres.

Voir aussi sur le sujet : https://marieclairerobert.fr/2022/03/21/lautre-dieu/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page