Avoir toujours 20 ans

Oui j’ai 20 ans, je n’ai pas 60 comme le prétend ma carte nationale d’identité, j’ai 20 ans aujourd’hui désormais maintenant !

– Qu’est-ce qui te prend ?

– Je suis libre !

– Mais enfin Marie-Claire, libre tu l’as toujours été ! Personne ne t’a mis un couteau sous la gorge pour t’obliger à quoi que ce soit !

– Certes ce n’était pas un couteau menaçant sur ma gorge mais c’était une manipulation ! Le coeur de l’autre, l’amour de l’autre, le désir de l’autre. Tout , j’ai tout donné pour l’autre ! Pas pour lui faire plaisir, non ! Mais pour qu’il m’aime ! Maintenant je m’en fous qu’on m’aime ou pas, je suis libre ! Je me suis libérée de l’égo qui falsifiait toutes mes relations. J’ai 20 ans car la vie désormais est là pleinement en moi et j’aurai désormais toujours 20 ans !

C’est terrible cet engrenage. C’est insoutenable. Toute une vie à réparer le crime de l’inceste : vivre entre la folie et la honte, ce n’est pas vivre, c’est mourir tous les jours. Le mouvement Me Too m’a aidé et dernièrement le reportage sur Sarah Abitbol m’a replongé dans mon histoire. Je me suis tellement reconnue dans ses angoisses, ses pulsions mortifères et en même temps sa magnifique vitalité sur la glace où elle donnait toute sa vie alors que personne ne comprenait. Tout comme elle c’est l’écriture qui m’a permis de tourner la page et d’avoir le courage de parler. J’ai commencé à écrire vers l’âge de douze ans et j’ai franchi le pas l’année dernière en écrivant mon livre J’irai danser sur l’arc-en-ciel. J’y raconte mon chemin de délivrance et de paix. Cette quête m’a amené à me passionner pour l’ésotérisme, le Tarot de Marseille, les chakras et bien d’autres choses encore.

Je suis devenue thérapeute il y a bientôt quinze ans et j’ai vu beaucoup de souffrances : de l’emprise psychologique à l’inceste, j’ai entendu des horreurs. Je soutiens depuis plusieurs années des associations qui viennent en aide aux enfants maltraités. La parole libère bien sûr, mais surtout le respect de l’autre. Savoir que l’on est reconnu en tant que victime est un grand pas vers la guérison. Avoir toujours 20 ans, c’est oser être pleinement qui on est !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page